ban_dieux3

Les dieux sont les entités les plus puissantes d’Ajemtis et, dans presque toutes les civilisations, des odes résonnent à leur gloire. Les saisons sont régies selon eux et les plus grandes festivités sont faites en leur honneur. Ayant chacun des domaines, des traits et des serviteurs précis, ils forment les éléments qui constituent le monde. Aucun mortel sain d’esprit ne peut se vanter d’avoir vu un dieu, et même leurs avatars visitent rarement le grand continent. Leur présence est toutefois palpable à travers les pouvoirs qu’ils octroient à leurs serviteurs les plus fidèles, les prêtres.

 

kaina

KAÏNA

Passion / Fierté / Ambition / Destruction

Kaïna est la divinité du feu. Seigneur des flammes, amante ardente, maîtresse des batailles, Dévoreur de Monde, ses titres sont innombrables et témoignent de sa réputation à travers Ajemtis. C’est une entité impulsive, passionnée, intuitive et colérique, proche de ses émotions et qui en attend autant de ses serviteurs. Kaïna est une divinité bouillante et imprévisible qui entretient des rancœurs vivaces et qu’il est facile de mettre à dos, mais qui aime d’un amour inconditionnel ceux qui gagnent son respect. Le dieu du feu est également réputé pour intervenir directement dans la vie des mortels qui s’en approchent trop…à leurs risques et périls.

Kaïna prône l’intensité, la démesure, la poursuite inconditionnelle de ses ambitions et de ses désirs. Il invite ses priants à exiger le respect et à se battre pour obtenir ce qu’ils désirent, figurativement ou non. Si Kaïna regarde en arrière, c’est pour s’enorgueillir de ses victoires passées ou pour se souvenir de ceux qui l’ont offensé. La déesse du feu n’a cure des lamentations des victimes et de ceux que sa flamme brûle par excès de chaleur. La culpabilité d’un priant devrait résider dans le fait qu’il n’ait pas agi quand il le pouvait, plutôt que pour regretter un geste commis. Dans la passion, Kaïna offre un carburant; dans l’ambition, un but; dans la destruction, un moyen; et dans la fierté une cause à laquelle s’accrocher.

Animal sacré : Lion

Couleur de prédilection : Rouge

Priants : Le culte de Kaïna compte un vaste éventail de priants. On y retrouve entre autres, des barbares, de fiers chevaliers, des aventuriers intrépides, des amoureux transis, des fous furieux, des visionnaires, des tyrans, des seigneurs honorables, des séducteurs et des mages avides de pouvoir.

SES AVATARS

jayel

JAYEL

Destinée / Songes / Astuce / Savoir

Jayel est la divinité de l’eau. Maître des océans, gardiens des secrets, tisseuse de prophétie et forme insaisissable, c’est une entité fluide et opaque, difficile à cerner et voilée de mystères. Le dieu de l’eau semble toujours apparaître au-dessus de la mêlée, détaché des préoccupations mortelles, occupé à méditer sur des concepts et des présages qui dépassent l’entendement. C’est une divinité souvent placide, mais qui comme la mer peut parfois céder à des élans de violence indescriptibles et en apparence arbitraires. Or, Jayel ne laisse rien au hasard, car rien qui est destiné à se produire n’échappe à son regard.

Jayel prône la curiosité, le respect des présages, la poursuite de la connaissance et la quête de la vérité. Il encourage la remise en question et la critique des savoirs en place. C’est un dieu qui voile d’énigmes les vérités les plus puissantes et qui présente sur un plateau les mensonges les plus alléchants. Jayel n’a aucune considération pour les naïfs et ceux qui se laissent aisément berner, voyant dans la ruse une preuve d’intelligence comme un défi lancé à celle-ci. L’astuce représente pour la divinité la clé qui ouvre les portes de la connaissance et permet d’accéder aux savoirs cachés et aux énigmes des rêves. Seul avec de tels instruments en main un mortel peut-il aspirer à devenir maître de sa destinée.

Animal sacré : Pieuvre

Couleur de prédilection : Bleu

Priants : Le culte de Jayel rassemble des priants diversifiés. On y retrouve des marins, des oracles, des illuminés, des érudits, des espions, des faussaires, des détectives, des fraudeurs et même des sages méditant sur le cosmos et l’existence.

SES AVATARS

gyun

GYUN

Protection / Perpétuité / Abondance / Équité

Gyun est la divinité de la terre. Mère des Montagnes, gardien des traditions, mémoire du passé et maîtresse des récoltes, c’est une entité stoïque, méthodique et patiente. Le dieu de la terre préfère la discrétion aux grands gestes d’éclat. Les montagnes n’ont peut-être pas émergé en un jour, mais nul ne peut contester leur majesté aujourd’hui. Gyun n’a aucun respect pour le frivole et l’éphémère, et considère comme futile tout ce qui est incapable de s’enraciner dans le temps. C’est une force parfois réactionnaire, dont l’opposition aux changements peut sembler têtue, mais cette résistance est plus un signe de prudence que de dogmatisme, la déesse étant assez humble pour changer d’idée…après un temps.

Gyun accorde une grande importance à l’équilibre des choses et au maintien des traditions, et favorise la stabilité face à des changements trop abrupts. C’est un dieu qui a également à cœur le sort des petites gens, valorisant le travail, la coopération et le partage plutôt que la compétition. Au contraire, la déesse regarde d’un mauvais œil le pouvoir et la domination, instruments des parasites et des profiteurs. La divinité de la terre valorise également l’humilité et le respect de tous, peu importe leur statut ou leur nature. L’idéal de Gyun consiste en une existence où l’abondance et l’équité sont parvenues à créer une utopie digne de se perpétuer dans l’éternel, et digne que l’on se sacrifie pour la protéger.

Animaux sacrés : Bovins

Couleur de prédilection : Vert

Priants : Le culte de Gyun attire une grande diversité de priants. On y retrouve des fermiers, des historiens, des ermites, des pacifistes, des commerçants, des ouvriers laborieux, des traditionalistes, des sages-femmes et des guerriers protecteurs.

SES AVATARS

shadai

SHADAÏ

Liberté / Chance / Plaisir / Créativité

Shadaï est la divinité de l’air. Seigneur des tempêtes, amie des voyageurs, maître des farceurs  et amante du hasard, c’est une entité imprévisible et en apparence arbitraire, à l’humeur inconstante et prompte à des revirements soudains. Shadaï existe dans le moment présent, sans regret, sans remords et sans autre ambition que d’apprécier pleinement l’existence comme elle se présente. C’est une divinité qui favorise toujours la nouveauté, la spontanéité et l’original à ce qui est établi, institué et reconnu. Certains jugent Shadaï dément, mais ces derniers ne saisissent pas l’imparable logique qui anime cette entité qui n’hésite pas à raisonner dans l’absolu.

Shadaï encourage ses suivants à se montrer inventifs, indépendants et à saisir toutes les opportunités que la chance met sur leur chemin. Elle déteste toutes les barrières qui entravent la liberté ou le plaisir, soient-elles physiques, émotives ou morales. Le dieu affectionne particulièrement les priants qui brisent les conventions sociales et les limites de la pensée. La vérité est un concept relatif, en particulier si elle est ennuyeuse, et toute chose peut être tournée en jeu. Pour Shadaï, la créativité est l’état mental nécessaire à la liberté réelle, liberté qui est vitale pour saisir les chances que la vie nous offre et atteindre la béatitude du plaisir.

Animaux sacrés : Oiseaux chanteurs

Couleur de prédilection : Gris

Priants : Shadaï attire des priants de tout horizon. On retrouve parmi ses suivants nombre d’artistes, d’épicuriens, d’hédonistes, d’excentriques, de rebelles, de voyageurs sans attache, de libres penseurs, de joueurs, d’éternels enfants, d’individualistes et de combattants de la liberté.

SES AVATARS

demetriel

DÉMÉTRIEL

Ordre / Unité / Moralité / Guérison

Démétriel est la divinité de la lumière. Le Dieu du Soleil, l’Unificatrice, le Miséricordieux, l’Enfant dorée, les priants ne manquent pas de titres pour décrire cette entité. Démétriel est une force ordonnée, pensive et parfois moralisatrice, à la fois dure et sensible. On compare souvent la divinité à une figure paternelle, autoritaire, mais dont la fermeté cacherait en fait un amour pour ses enfants. Démétriel croit en un ordre parfait où chacun aurait sa place et son rôle à jouer. C’est une entité qui tolère mal la dissidence et la contestation de l’autorité, toute division représentant ultimement un danger qui fragilise l’ordre et le bien suprême qui en émane.

Démétriel valorise la loyauté, le sacrifice, le pardon pour les pénitents, la pureté du corps et de l’esprit et le respect de l’ordre établi. Elle regarde avec bienveillance les familles soudées, les amis fidèles et les personnes qui cherchent à apaiser les maux du monde, mais son regard se teinte de colère face aux rebelles et aux libertins. Le dieu de lumière ne brille pas par sa tolérance, mais ne tient pas rancœur à ceux qui s’écartent du chemin lumineux s’ils acceptent de faire amende honorable pour leurs pêchés. Pour la divinité, l’ordre est un idéal absolu dont les piliers sont l’unité et une moralité sans tache. La guérison, quant à elle, est le moyen de transformer le monde pour le débarrasser des obstacles à cet idéal.

Animal sacré : Chien

Couleur de prédilection : Jaune

Priants : Démétriel attire à lui des priants qui partagent sa vision. On retrouve dans son culte des aristocrates, des fonctionnaires, des guérisseurs, des philosophes, des militaires, des philanthropes, des juges, des parangons de vertu, des ascètes, des parents contrôlant, des familles soudées et des férus de discipline.

SES AVATARS

talthos

TALTHOS

Chaos / Influence / Souffrance / Évolution

Talthos est la divinité des ténèbres. Le Dieu Noir, le Seigneur Tentaculaire, le Déconstructeur, la Mère des Ombres, cette entité est pragmatique, adaptative et animée d’une rationalité étrange capable de voir le bien là où la plupart ne voient que du mauvais.  Force du chaos, Talthos méprise les lois et se joue des règles, préférant les redéfinir à sa guise selon ses besoins et exploiter les failles du système pour en inciter la dégradation. Loin d’être un agent de destruction, Talthos voit dans le chaos et le désordre une transformation bienvenue offrant des opportunités uniques d’apprendre et d’évoluer. La souffrance est inévitable et devrait être acceptée comme la part nécessaire du progrès, soit-il social ou personnel.

Talthos croit que la fin justifie les moyens et encourage ses priants à avancer, peu importe le prix. C’est une divinité perfectionniste, évoluant toujours en quête d’un idéal inachevé. Elle valorise la croissance personnelle et incite les fervents à méditer sur leurs malheurs pour en tirer un sens et en sortir grandis. C’est également une entité qui valorise la discrétion et un pouvoir doux, exprimé par l’influence et les jeux de coulisse. Talthos dédaigne ceux qui recherchent le confort et la stabilité, mais regarde avec intérêt ceux qui sont prêts à sacrifier beaucoup sur l’autel du progrès. La divinité voit en l’évolution le sens de l’histoire, un progrès qui émane du chaos et se nourrit de souffrance et d’influence.

Animal sacré : Corbeau

Couleur de prédilection : Violet

Priants : Talthos exerce son influence sur une vaste gamme de priants. On retrouve dans son culte des anarchistes, des politiciens, des progressistes, des tortionnaires, des miséreux, des survivalistes, des martyrs, des magouilleurs, des victimes d’atrocité comme ceux qui les infligent.

SES AVATARS

 

ban_demon

Depuis quelques années, et ce malgré l’effort conjoint de plusieurs cultes religieux, de plus en plus de mortels ont commencé à reconnaître et respecter les entités démoniaques. Le Panthéon Infernal est non seulement complexe et controversé, mais les adorateurs de démons s’exposent à un chemin difficile, ardu et très dangereux. Huit Empereurs, terrés dans le Plan Abyssal, influencent ceux qui les adorent par leur simple nature et leur demande de prêcher leur parole et de blasphémer les réalisations des Dieux. On dit d’eux qu’ils sont endormis ou comateux, et que la libération d’un d’eux créerait l’apocalypse et la fin du monde tel qu’on le connait.

Chaque adorateur finit par être teinté par la nature de l’Empereur qu’il vénère. Il peut se mériter quelques miettes de puissance s’il prouve suffisamment sa valeur à son maître. Ils sont habituellement en compétition avec les autres cultes démoniaques, mais il leur arrive de s’entraider pour un objectif commun. Ils n’ont jamais de contact direct avec leur Empereur, mais ceux-ci communiquent leurs désirs via leurs serviteurs, les Démons.

 IMNENTA

L’Adoratrice-de-la-Non-Vie

Imnenta est la Maîtresse de la Maladie et la Patronne des Nécromanciens. Prônant la décrépitude et la perte de tous les masques de beauté et de la chair, elle considère que l’apparence n’est qu’un artifice vil qui entache la suprématie de l’âme. Ses adorateurs combattent tout artifice d’embellissement et de parure, ainsi que ceux qui apprécient ou incarnent la beauté et la santé, pour se concentrer sur l’intelligence et la connaissance. On la représente souvent comme une silhouette décomposée recouverte de haillons, une plume distinguée à la main.

Domaines: Maladie | Nécromancie | Décrépitude

UNIQUE

Le Chevalier d’Or

Unique est sans aucun doute le plus connu de tous les Empereurs sur Ajemtis. À ses yeux, Il est parfait en tout point et possède toutes les qualités, sans la moindre imperfection. Il se considère comme le Dieu unique, et demande à ses dévots de Le traiter ainsi. Ses priants et démons sont exubérants, envahissants, moralisateurs, et ont comme priorité de briser la foi en les autres dieux et de profaner leurs réalisations. Ils demandent énormément à ceux qui les entourent, et leur vengeance est disproportionnée en cas d’une attente déçue. Le Chevalier d’Or est représenté comme un magnifique paladin en armure d’or.

Domaines: Orgueil | Hérésie| Perfection

 BAMOLTHÉE

La Sans-Repos

Bamolthée est l’Auguste Démesure et la Reine de l’Excès. Elle pousse à croire et à écouter ses pulsions, et souhaite toujours en faire plus, en découvrir plus, en essayer plus. Les plaisirs sont éphémères et on s’en accoutume rapidement : ils doivent sans cesse être renouvelés par quelque chose de nouveau ou de plus intense. Ses croyants sont en permanente quête d’émotions fortes pour se sentir vivants, pour calmer un instant le cri paniqué de l’âme qui agonise d’ennui. Elle est représentée comme une femme provocante à six bras, chacun tenant un objet différent, qui varie à chaque fois.

Domaines: Excès| Changement| Luxure

BUPRESTIS

L’Étranger

Buprestis incarne l’inquiétante étrangeté, l’incertitude et l’incompréhensible. Même ses disciples ne savent pas ce qu’il désire, puisque ses objectifs et commandements semblent souvent incohérents ou sans aucun lien entre eux. Ses fidèles brisent tout sentiment de sécurité et tout ce qui fait partie d’un sens établi. L’incompréhension et l’anxiété sont ses armes, et tous ceux qui le vénèrent semblent fous et désirent apparemment propager cette absence de sens. On le représente comme un monstre tentaculaire et dégénéré.

Domaines: Terreur | Étrangeté | Folie

 MELPH

Le Brasier de Fureur

Le Brasier de Fureur est celui qui prône la rage et la violence comme toute fin, raison et justification. La colère est justice et vérité, et aucun sentiment de culpabilité ou de regret ne doit jamais teinter une action précédemment brutale. Il encourage ceux qui commentent des actes violents et destructeurs sous le coup de la fureur. Ses adorateurs se battent contre ceux agissant avec froideur et logique ainsi que les forces tranquilles, la méditation et la maitrise de soi. On le représente comme un Diable cornu auréolé de flammes dont les quatre bras manient un fléau gigantesque.

Domaines: Violence| Colère| Justice

VENITUMYNE

Le Prince à la Robe Rubiconde

Le Prince à la Robe Rubiconde est un Empereur changeant constamment d’identité. Toujours insatisfait de ce qu’il est, variant selon ce qu’il convoite, il peut être femme, enfant, vieillard, etc. Avare au plus haut point, il comble son insécurité en rabaissant les autres et en souhaitant posséder tout ce qu’il ne possède pas.  Il enseigne à ceux qui l’adorent qu’il faut désirer ce qu’on n’a pas et le prendre, ou le détruire si l’on ne peut le posséder. On le représente souvent comme un enfant doté d’une trop grosse couronne ou d’une jeune femme magnifique avec un énorme trou au niveau du ventre.

Domaines: Jalousie| Avarice| Caprice

 LAMADHE

La-Dame-vivant-dans-l’Ombre

La-Dame-vivant-dans-l’Ombre est la Reine des Lâches et la Sainte des Mensonges. Elle prône l’individualiste avant tout, considérant que tous les vertueux ne sont que des hypocrites, car chacun est fondamentalement égoïste. Les seuls mauvais mensonges sont ceux qui sont faits à nous-mêmes et qui nous empêchent de voir la réalité en face. Ses priants cherchent toujours la victoire par tous les moyens, et tentent de briser toute âme noble arborant la figure du héros par le vice. Elle est représentée comme un grand serpent de ténèbres et d’ombre.

Domaines: Égoîsme| Tromperie| Immoralité

OMNYALIS

Celui-qui-ne-Récolte-que-l’Immobile

Omnyalis est un Empereur insolite qui incarne la stabilité et l’absence d’avancement. Il considère ainsi la paresse comme une vertu, et l’indifférence comme un idéal. Ses priants favoriseront toujours le statu quo, et la notion d’apprécier ce qu’on a sans jamais chercher plus. Ils feront tout pour convaincre ceux qui les entourent que l’acceptation de la fatalité et l’abandon devant tout défi sont les clefs pour une existence satisfaisante et sans tracas. Omnyalis est représenté comme un homme moyen allant pieds nus, vêtu d’une toge usée sans ornements.

Domaines: Paresse| Abandon| Fatalisme

BAN_SPIRITISME

Les esprits sont des entités innombrables habitant le Reflet, un monde s’épanouissant en parallèle du plan physique. Étroitement liés aux mortels, le Reflet et ses habitants spirituels existent comme une extension de la pensée et de l’imaginaire des peuples d’Ajemtis. Du pouvoir brut du Reflet, les esprits se transforment et donnent vie à des idées, des choses et des concepts qui autrement seraient intangibles ou purement mythiques. C’est un monde au potentiel presque infini, et dont les habitants prennent des formes radicalement différentes. Ces formes définissent aussi bien le potentiel des esprits que leur relation avec les mortels, et en particulier leurs agents sur Ajemtis, les chamans. Porteurs du pouvoir des esprits, les chamans entretiennent des relations diverses avec le Reflet et les entités qui l’habitent. Il existe essentiellement trois grandes familles au sein du spiritisme, chacune étant associée à un type particulier d’esprit et la relation unique qu’il entretient avec son chaman.

Totemistes

Le totemisme représente la forme la plus intime et la plus singulière de relation entre un esprit et son chaman. C’est un lien exclusif, le chaman ayant accueilli en son sein un esprit appelé Jumeau. La vaste majorité des chamans totemistes se trouvent associés avec des esprits aux formes animales, les seuls capables de traverser la frontière entre les mondes et de trouver un mortel à habiter. Les chamans totemistes ne choisissent généralement pas de partager leur existence avec un esprit, étant plutôt choisis par le Jumeau, parfois assez arbitrairement. Aussi leur réaction face à la fusion est-elle imprévisible et varie de chaman en chaman, la cohabitation pouvant se montrer harmonieuse ou difficile. Les chamans totemistes peuvent apparaître partout sur Ajemtis, et leur répartition est assez aléatoire. Toutefois, ils seraient plus fréquents dans les régions où le voile entre les mondes est mince et facile à traverser, comme dans les régions sauvages et les lieux de haute magie.

Animistes

L’animisme représente la forme la plus organisée et commune de spiritisme, se rapprochant beaucoup d’un culte ou d’une religion où les prêtres sont des chamans et l’entité vénérée, un esprit. Ces esprits puissants et anciens sont appelés Idoles et sont dédiés à la préservation de leur culte et à sa croissance, leur pouvoir étant directement lié avec la vigueur avec laquelle ils sont vénérés. Les Idoles choisissent parmi leurs suivants des mortels dignes de leur puissance, et établissent alors avec ces derniers un lien chamanique en leur confiant une parcelle de leur essence. Ce sont des esprits aux formes beaucoup plus inusitées que les Jumeaux, certains prenant l’apparence de créatures fantastiques, ou incarnant un lieu important dans la culture de leurs priants. Toutefois, toutes les Idoles représentent une chose tangible, qu’il s’agisse d’une pierre, d’un monstre ou de la force d’un torrent. Les chamans animistes sont peut-être les plus nombreux sur Ajemtis, les Idoles dotant souvent plusieurs serviteurs de pouvoirs pour les servir. Toutefois, leur répartition est plus limitée que les totemistes, car ces communautés païennes ne sont pas tolérées partout, et ne prospèrent que dans les lieux ayant une longue tradition de spiritisme. Néanmoins, là où l’animisme opère, il rivalise avec le culte du panthéon divin, les esprits offrant aux mortels une relation plus intime et plus familière que les dieux omnipotents.

Exaltés

Les exaltés sont les rares chamans au service des entités les plus puissantes du monde des esprits, les Incarnations. Esprits au pouvoir énorme, ces titans spirituels se manifestent à partir de concepts désincarnés, donnant forme physique et conscience à des mythes et des pensées qui dépassent le temps ou l’espace. Les Incarnations n’ont pas besoin de culte ou d’être vénéré, ils existent naturellement, leur force venant de la conscience collective de tous les mortels et de l’universalité de ce qu’ils représentent. À ce titre, les chamans qu’ils choisissent pour porter leur pouvoir existent pour un but très précis, un exalté n’étant jamais créé sans une mission à accomplir pour le compte de son Incarnation.

Incarnations connues:

  • Léviathan: Patron des flots destructeurs, des déluges et de la noyade
  • Wendigo: Patron de la démence, de la rage de sang et du cannibalisme
  • Sylvarion: Patron des forêts anciennes et de la Sauvagerie
  • La Créature: Patron de la prédation et de l’instinct de survie
  • I’Yo: Patron de l’enfance et des amis imaginaires
  • Nul’Razar: Patron de l’isolement et de la solitude oppressante
  • Le Monolithe: Patron du deuil, de l’agonie et des regrets